Comment construire ses relations presse ?

12 avril 2018
100 Views

Pour réussir une campagne de relations presse, il faut tenir compte de divers facteurs plus ou moins contrôlables… Certains sont totalement objectifs, comme la nature et la qualité de l’information à délivrer, mais également la période choisie pour contacter les médias. Ainsi, il faudra éviter si possible les périodes électorales ou les vacances scolaires… D’autres sont plus subjectifs, comme la qualité des rapports entretenus avec les journalistes, avec les rédactions… mais également la disponibilité des médias, les mouvements d’opinion, l’actualité…

Comme je l’explique très fréquemment à mes prospects et clients, il est préférable de se projeter sur un plan média de plusieurs mois, d’une année ou plus. Le « one shot » n’est bien souvent pas très pertinent et couronné de succès. Parier sur la longueur est en général gage de plus de succès, de retombées. Ainsi il m’est arrivé à plusieurs reprises d’être recontacté par un journaliste des mois après l’envoi du communiqué de presse, voire même après la fin de ma collaboration avec le client. L’actu faisait que le journaliste avait besoin de l’info., du contact avec mon client. Le temps médiatique n’est pas le même que celui du client !

Relations presse mais surtout relations humaines

Afin d’optimiser ses chances, il est primordial de se constituer un solide réseau de contacts, d’entretenir des rapports réguliers. Un élément clé sera efficient dans les échanges avec les médias locaux, régionaux, mais qui se vérifie également avec les médias nationaux de sa branche d’activité. L’objectif étant de bien connaitre les médias de notre domaine d’activité, notamment les journalistes en charge du sujet. Vous saurez qui appeler, à quelle heure (éviter l’heure de la conférence de rédaction et ne pas se réveiller après le bouclage ou le passage à l’antenne !…) et pour quel type d’informations.

Autre objectif : fidéliser les journalistes que l’on estime « importants », c’est-à-dire ceux qui couvrent le domaine du client et seront donc à chaque fois dans le fichier presse. Pourquoi pas délivrer au plus grand nombre une information « partielle » et réserver à ce noyau de journalistes « privilégiés » une sorte de régime de faveur, avec des infos exclusives, plus précises ? Une option à utiliser toutefois avec prudence… elle pourrait se retourner contre nous, les journalistes placés a priori dans le groupe des « non privilégiés » pouvant mal réagir et désapprouver ce 2 poids 2 mesures et décider de vous blacklister…

Quoi qu’il en soit, il faudra à chaque fois bien soigner le fichier presse, n’envoyer les communiqués de presse et/ou dossiers de presse, qu’aux journalistes ad hoc, ceux qui traitent du sujet.  Inutile de ratisser large, au hasard !

Un fichier presse qualifié

Un(e) bon(ne) attaché(e) de presse sait à qui s’adresser pour chaque support visé. Sait quels médias contacter. Il va même adapter ses angles aux besoins de chacun.Il faut également connaitre les méthodes de travail de chacun, les marottes de chacun, les aléas et timing de chaque rédaction, de chaque type de média… Le bouclage diffère entre un quotidien et un magazine hebdomadaire, mensuel… de même en ce qui concerne les radios ou télévisions et leurs contraintes d’horaires.

Il est également judicieux de maitriser les plannings rédactionnels, l’horaire de la conférence de rédaction, ce qui permettra par exemple de glisser juste avant une idée de sujet qui sera présentée lors de cette réunion des journalistes et de leur rédacteur en chef.

 

Leave A Comment